Le projet du Front de Mer

La création du boulevard de mer a été, dès l’origine, l’un des objectifs majeurs de l’Association Syndicale autorisée des propriétaires de Tharon-Plage.

Essentielle, cette création est, sans conteste, l’une des opérations déterminantes de l’expansion de la station, elle est également celle qui a causé le plus de difficultés.

En effet, si le boulevard constitue un lieu de promenade agréable, il constitue également une liaison importante entre Saint-Michel-Chef-Chef et Tharon-Plage pour tous les résidents et touristes.

Or, les uns et les autres sont loin de soupçonner les difficultés auxquelles se sont heurtés ceux qui ont eu en charge la réalisation de ce boulevard. 

Notre baie constitue un site naturel remarquable qui a suscité un grand intérêt dès le début du XXème siècle et après la seconde guerre mondiale avec le début du tourisme balnéaire et la villégiature de Tharon Plage. Laborieusement aménagé par nos ainés après la seconde guerre, nous nous devons de le respecter et de l’améliorer pour répondre à l’évolution de notre commune et accueillir nos visiteurs dans les meilleures conditions.

Le projet 2011-2013

Le boulevard est devenu la colonne vertébrale de tout un réseau de voies qui dessert notamment les différents quartiers et commerces de la commune.

Depuis quelques années, notre front de mer se portait mal et connaissait une baisse de fréquentation. Cette perte d’activité était due :
-  à la dégradation de l’aménagement urbain qui donnait une image négative
-  à l’inadéquation entre la voirie et son utilisation réelle
-  à l’évolution naturelle des dunes qui n’étaient pas correctement accompagnée
-  à l’inadaptation aux nouvelles demandes sociales de mobilité douce et de sécurité.

C’est ce qui a conduit la précédente mandature, en 2011, à engager la rénovation du front de mer de l’avenue Bigot au Port de Comberge sur 387 mètres.

Après les ateliers organisés par le maître d’oeuvre, notamment sur site, les Michelois et Tharonnais ont défini les grands principes qui ont fait consensus pour leur front de mer, à savoir :
-  un lieu dynamique et attractif qui permet diverses activités
-  un espace apaisé où piétons, cyclistes et automobiles puissent cohabiter en toute sérénité
-  un site mieux valorisé grâce au patrimoine naturel et historique existant
-  un équipement qui permet la mobilité sous toutes ses formes.

Élus depuis avril 2014, nous avons eu à gérer les travaux de la seconde tranche à laquelle nous avons apporté de nombreuses modifications :
-  la rampe d’accès des plaisanciers au port, trop pentue, a été revue
-   l’ancienne capitainerie a été démolie, ce qui a amélioré sensiblement l’esplanade du port
-  création de toilettes accessibles aux personnes à mobilité réduite qui n’étaient pas prévues dans le projet
-  création de jeux d’enfants
- remplacement par des mats, de tout le jalonnement électrique, vandalisé deux années de suite
-  ajout d’un parking pour l’été au bord du Calais, pour compenser les places perdues par l’aménagement.

Le temps de la réflexion 2015-2017

A la fin de ces deux tranches, nous avons souhaité prendre le temps de la réflexion avant d’envisager la suite de ce réaménagement pour au moins deux raisons :
-  étudier le fonctionnement de ce nouvel espace et voir comment les différents usagers s’approprient à la fois  la voirie et l’esplanade
-  absorber le budget de cet investissement (2,2 millions d’euros).

Il reste 664 mètres à réaliser pour arriver au Grand Escalier.

Le projet initial prévoyait que la tranche de travaux suivante concernerait la partie sud entre le Grand Escalier et le Cormier, la quatrième tranche, du Redois au port de Comberge et que seulement après  la cinquième tranche s’intéresserait à la  partie Bigot au  Grand Escalier.

Dans la mesure où l’aménagement actuel, entre Bigot et le Grand Escalier, ne règle pas les problèmes de circulation entre les différents usagers, la sécurité des trottoirs et l’accès aux commerces de Tharon, le Conseil municipal a décidé de réaliser cette partie. Ce projet, pour des raisons à la fois financières et pour que les travaux n’impactent pas les saisons estivales, a été découpé en trois parties.

Le projet 2018-2020

Le 29 février 2016, le Conseil municipal a décidé de lancer une consultation de maîtrise d’œuvre pour cette troisième tranche qui doit bien sûr s’harmoniser avec les deux premières déjà réalisées. Nous avons procédé au choix d’une équipe pluridisciplinaire, composée  du Cabinet CDC Conseil, du cabinet d’urbanisme Citté Claes et
l’entreprise Fondasol.

Cette équipe a dû répondre à une feuille de route précise :
-  tenir compte de la qualité du paysage du littoral et prévoir un aménagement maitrisé au service de tous
-  préserver, consolider et mettre en valeur l’espace naturel dunaire tout en le sécurisant lorsqu’il devient espace public
-  harmoniser et sécuriser le boulevard de mer en maintenant une dynamique de déplacements apaisés.

Un comité de pilotage a été constitué et s’est réuni à plusieurs reprises. Il est composé d’élus de la majorité et de la minorité, d’un représentant des commerçants, d’un propriétaire foncier, et d’un  membre de la commission de sécurité. 

Les travaux de cette commission ont abouti à un projet.  Il n’est pas en rupture avec l’existant, au contraire, il est dans une parfaite continuité et en harmonie malgré les contraintes techniques dues notamment au manque de largeur de cette partie du boulevard.

Les options retenues pour ce projet

Rétablir le double sens de circulation et ne restreindre aucun mode de déplacement
Notre choix a été conforté par celui effectué par plusieurs autres stations balnéaires. Ce double sens de circulation aux dimensions restreintes, apportera une circulation automobile apaisée, une vitesse adaptée et appropriée au lieu (20km/h à 30km/h). 
Le stationnement sera organisé côté maisons pour accentuer l’effet de façade qui favorise la réduction de la vitesse. Par ailleurs, le parking du Grand Escalier sera redessiné et redistribué tout en conservant un nombre de places équivalent, avec des emplacements pour Personnes à Mobilité Réduite (PMR) supplémentaires et un espace de stationnement réservé aux deux roues (vélos et motos).

Partager un espace contraint dans ses dimensionnements
En calibrant le double sens de circulation à 5 mètres, nous réservons le restant de l’espace libéré aux piétons et deux roues lents. Cet espace aura un dimensionnement compris entre 3,20 et 3,60 mètres identique à la section créée en 2013. Aux intersections ,cet espace est agrandi afin de déporter de quelques mètres la circulation pour casser le linéaire et favoriser le ralentissement et par conséquent créer de l’espace public piéton plus large côté littoral.

Assurer la sécurité des déplacements pour tous
Notre analyse de l’usage des deux premières phases de travaux réalisées en 2014 et 2015 nous a confortés dans l’idée qu’un espace partagé doit être bien organisé pour être bien compris des usagers et éviter les accidents. Aussi, le projet dit de « Bigot au Grand Escalier » vient s’accrocher dans le prolongement du premier, il n’y a aucune rupture au niveau du dimensionnement de la voirie, du sens de circulation, des choix esthétiques et dans la lecture du cheminement. Les usagers de la rue évolueront dans un environnement apaisé et continu.

Créer un cheminement agréable et esthétique
Dans le même esprit, nous avons souhaité offrir au regard du plus grand nombre une image esthétique de notre littoral. Aussi, nous avons porté une attention particulière sur le choix des matériaux et du mobilier urbain mis en œuvre sur tout le parcours. Pour des raisons de maintenance et financières, nous avons abandonné le matériau acier CORTEN pour le mobilier urbain (lampadaires, rambardes, potelets etc..). Toutefois, nous avons souhaité garder la couleur afin de conserver l’esprit initial du projet précédent
Naturellement, chaque accès à la plage est conservé et rénové. L’éclairage urbain sera disposé sur une bande séparative de 80 cm située entre la chaussée et l’espace piétons. Cette bande aura deux fonctions : créer un second effet de paroi entre l’automobiliste et le piéton sécurisant ainsi ce dernier. L’effet de paroi sera constitué de poteaux en bois (bouchots), de ganivelles basses  et de plantations entre deux lampadaires.

Documents à télécharger :

 

Respecter l’environnement et en particulier la stabilité dunaire
Le site du front de mer est remarquable par sa construction dunaire. Cependant, la dune est fragile, vivante car toujours en évolution au gré des marées, de ses courants et de la force du vent. La route du front de mer a été réalisée sur cette dune dont les mouvements en modifient  l’assise, ensablent l’espace public et détériorent son état physique. Aussi, pour tenir compte de tous ces paramètres notre objectif est d’assurer un nécessaire équilibre entre la préservation de l’environnement avec le maintien d’un écosystème remarquable et l’exigence de maintenir des usages de déplacements et de loisirs. C’est pourquoi, il sera mis en place un mur de soutènement en béton qui séparera les limites de la dune et celles de l’espace de déplacement. Cet ouvrage permettra de sécuriser les déplacements des piétons lorsque la pente de la dune est importante et sera habillé de bois exotique pour favoriser le repos des promeneurs.

Conserver un stationnement de proximité raisonné et l’accessibilité pour tous à la plage
Une attention particulière a été portée sur le stationnement pour faciliter l’accès à la plage aux Personnes à Mobilité Réduite. Le projet prévoit des stationnements aux dimensions PMR à proximité des accès à la plage. Le stationnement longitudinal le long des façades a été maintenu. Enfin, le parking du Grand Escalier sera redessiné et redistribué pour que chacun puisse trouver sa place. Bien entendu, nous apporterons un soin tout particulier à l’esplanade du manège. Enfin, des toilettes publiques de qualité seront installées en face du Canopus.

Le planning et le financement du projet

Décembre 2017 ―› Avril 2018
1ère tranche : de l’avenue Bigot à l’avenue de la Chapelle
618 027€ TTC

Octobre 2018 ―› Mars 2019
2ème tranche : de l’avenue de la Chapelle à l’avenue Chevrier
630 000€ TTC

Septembre 2019 ―› Janvier 2020
3ème tranche : place et parking
du Grand Escalier et les toilettes en face le Canopus
460 000€ TTC

Les entreprises retenues pour ce projet sont :
- VRD Charier, agence Sud Loire
-  Société Access, Saint-Père-en-Retz

Nous avons bien conscience que 2020, date de fin des travaux, c’est loin.
Mais nous allons travailler avec la commission travaux pour améliorer la partie rue du Redois port de Comberge  :

-   suppression des dernières bornes blanches et leurs tubes bleus qui sont vétustes et dangereux. Cela permettra d’ouvrir l’espace
- remise en état du revêtement des chaussées et formalisation au sol des pistes cyclables entre le port et le Redois
- création d’un espace accessible aux personnes à mobilité réduite sur la plage du Redois, ce qui portera à trois les plages accessibles : Gohaud, la Cormorane et le Redois
-  rénovation de la passerelle en bois, côté Cormier.

En conclusion, nous savons que ce projet ne fera pas l’unanimité.
Il a été préparé en partenariat avec les représentants des acteurs de notre territoire et a suscité de nombreux débats.
Nous tenons à remercier l’ensemble des participants à nos comités de pilotage et les Michelois et Tharonnais qui se sont déplacés à nos réunions publiques de présentation de ce projet ou sont venus s’informer et débattre lors de rendez-vous en Mairie.



Aménagement du Front de Mer : les travaux démarrent !

Samedi 2 décembre, les riverains du boulevard de l’Océan concernés par la première tranche des travaux ont été reçus à la capitainerie par la municipalité lors d’une réunion d’information.

Le Maître d’oeuvre et les entreprises ont présenté le planning et le phasage des travaux ainsi que le plan de circulation mis en place lors des travaux. Ces derniers démarreront de l’intersection avenue de La Chapelle et progresseront en direction de l’avenue Bigot.

Bien que la route soit barrée, l’accès des riverains à leur propriété sera toujours facilité.
Une déviation mise en place fluidifiera la circulation. Ce dispositif sera accompagné d’un jalonnement en direction des commerces du Port et du boulevard de l’Océan.

Les travaux débuteront le 11 décembre. Durant tout le mois de décembre, des interventions sur le réseau des Eaux Pluviales seront effectuées. A partir du 8 janvier jusqu’au 9 mars sur tout le linéaire des travaux,
les opérations suivantes seront effectuées :
• Du 8 au 12 janvier : scarification de la voirie et des trottoirs ;
• Du 15 janvier au 16 mars : terrassement sur les soutènements en place, coulage des dalles en béton sur les placettes et pose des murs de soutènement ;
• Du 5 au 23 mars : Mise en place de bordures de fond de parking et réalisation des enrobés sur les trottoirs ;
• Du 2 au 13 avril : réalisation des enrobés sur la chaussée ;
• Du 9 au 27 avril : pose des assises en bois sur les murets, pose du mobilier urbain et de la signalisation verticale ;
• Du 21 au 25 mai : grenaillage des enrobés de la voirie et réalisation des marquages routiers.

L’avenue Bigot redeviendra, le temps des travaux, à double sens.